2013 / 82 logements collectifs et 6500m² de locaux d'activités ; Quartier de la Prairie aux Ducs ; ilôt C ; Nantes (44)

Consultation - Lauréat 2012 - Phase MARCHE en cours / Livraison 2018
Maître d’ouvrage : Groupe Brémond / Vinci / ADIM Ouest / Harmonie Habitat
Aménageur : SAMOA
Urbanistes : Marcel Smets + UAPS / Anne-Mie DePuydt
Architectes mandataires : BLOCK Architectes
Architectes co-traitants : Guinée-Potin Architectes
BET : CETRAC + ITAC + ITF
Paysagiste : BASE
Surface SDP : 11 900m²
Coût travaux H.T. : 16 500 000€ HT


Dimension paysage urbain

D’abord, une perception d’ensemble depuis la butte Saint-Anne permet d’appréhender l’échelle du site et la relation à la Loire et aux quais de la Fosse. Ce point de vue met aussi en évidence l’importance d’un projet qui doit permettre une relation entre les deux rives. On comprend assez vite les ilots de la Prairie aux Ducs comme un tout. Cet ilot étendu sera formé par un front homogène qui dessine la cohérence architecturale de cette «pièce urbaine».

"Sculpture Sociale"

L’identité de la Prairie au Duc est intimement liée à la culture comme dynamique urbaine. Cette façon inédite de faire la ville contribue à l’invention de nouveaux modes de vie. Le rapport particulier que ce quartier entretient avec la culture ne se traduit pas par des produits figés ou patrimoniaux mais comme des productions en mouvement.
Le traitement des RDC accompagne l’appropriation du domaine public par les riverains. Comme les halls, ces espaces sont traversants et laissent filtrer le caractère plus informel du traitement intérieur de l’ilot. Pour B.A.S.E. paysagiste, une réflexion poussée sur le caractère hybride et évolutif de ces espaces est un des axes centraux du projet. Ils seront conçus dans une hauteur de 4,60m comme des «potentiels» avec des noyaux durs (techniques circulations verticales). La dimension résidentielle est appréhendée à l’échelle du voisinage, elle se traduit par un travail sur l’intimité des logements, développée au sein d’un environnement collectif. Les circulations communes sont conçues comme espaces qualitatifs de rencontre (hall traversant, venelles d’accès, éclairage naturel et vues cadrées vers le paysage proche et lointain). Le projet intègre dans son dessin la temporalité du projet urbain, c’est-à-dire une évolution d’usages en fonction de l’évolution construite du quartier.