2010 / Écomusée du pays de Rennes ; Salle d’exposition temporaire de l’écomusée du Pays de Rennes (35)

Livraison 2010 (Lauréat concours 2007)
Maître d’ouvrage : Rennes Métropôle
Architecte mandataire : Agence GUINEE*POTIN
BET tout corps d’état et HQE : ISATEG + ITAC
Surface SHON : 1000 m²
Coût travaux H.T. : 1,9 M € scénographie, mobilier, signalétique compris

Valorisation Haute Qualité Environnementale :
Projet THPE: Cibles très performantes : N°2 choix intégrés des procédés, produit et système, 4
gestion de l’énergie, 7 gestion de l’entretien et de la maintenance 8 confort hygrothermique
Consommation énergétique estimée : Cep ? «Cepréf» -24% équivalent label THPE. Aérothermie PAC air/eau / Ossature-charpente-bardage bois / toiture végétalisée à 75 %, isolation Laine de chanvre / doublage Fermacell / Sol caoutchouc / Récupération de l’eau

En périphérie de Rennes, en bordure extérieure de la Rocade Sud, s’implante l’Ecomusée du Pays de Rennes. Suite à de nombreuses acquisitions de mobiliers anciens significatifs, l’écomusée, à l’étroit, décide la réalisation d’une nouvelle salle d’exposition temporaire.
Le site du bâtiment d’accueil de l’Ecomusée est délimité à l’Ouest par un bosquet dense, à l’Est par les jardins familiaux de la Bintinais, au Nord par le parc agronomique et son parcours, et au sud par les stationnements dont l’accès se fait route du Hill.
La visite du site existant nous surprend sur les qualités des constructions anciennes et leurs typologies (le musée, la ferme de l’Ecomusée), et aussi sur la potentialité offerte par les qualités paysagères du site, notamment le bosquet existant.

Le bâtiment d’accueil existant et la topographie du site sont utilisés pleinement pour orienter l’extension dans l’axe Ouest/Est, et conserver 70% des plantations du bosquet dense existant. Cette implantation assure d’une part une lisibilité globale du bâtiment en se faisant l’écho de « La Grande Bintinais » (par son volume, gabarit, orientation, modénature de façade) et d’autre part, sa compacité assure une forte inertie thermique.

Prenant la mesure du contexte, le projet affiche un épiderme en bois dessinant un motif géométrique, composant l’échelle généreuse d’un “bâtiment signal”.